CHASSIGNY

Par un temps doux (+18°C) et venteux, 26 marcheurs ont  arpenté le circuit de 7 km.
En cours de route un changement de chaussures a été repéré suite à une avarie.
Bienvenue à Roselyne pour un essai qui nous l’espérons sera concluant.
Le parcours s’est terminé sans pluie. 
Et Merci à Yvette notre guide !! 
A la semaine prochaine à PEIGNEY salle des fêtes.
JPB

LES QUEUREES  –  GIEY SUR AUJON

Giey sur Aujon est le cadre de notre sortie aujourd’hui. Le village est chargé d’histoire. Les demeures imposantes sont les témoins d’une riche activité passée. Une fabrique de tissus, une manufacture de porcelaines, ou encore une ganterie ont en effet fait vivre de nombreuses familles d’ouvriers.

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Nous avons eu droit à un après-midi quasi estival en plein mois d’octobre. Nous ne cachons pas notre plaisir et nous savourons la température agréable.

Pour un peu, les rayons du soleil auraient presque pu peaufiner nos bronzages. Certains d’entre nous regrettent d’avoir déjà mis à l’abri bras et jambes. Ce sentiment est vite exacerbé lorsque nous empruntons d’emblée un dénivelé long et sévère.

L’ombre de la forêt, après la Rente sur Villiers, est la bienvenue. C’est le moment de constater que les couleurs de l’automne sont de plus en plus prononcées.

Les kilomètres défilent sur les chemins rectilignes, propices aux conversations animées par 28 randonneurs.

La sortie du secteur boisé donne une perspective dégagée sur la vallée de l’Aujon et annonce notre retour imminent vers Giey.

Bienvenue à Christian, tenté par nos aventures.

La semaine prochaine, rendez-vous devant l’église de Hûmes.

FW

PHOTOS PASCAL ET NOËL

La Baie d’Orbigny

Beaucoup de joie et de bonne humeur encore aujourd’hui pour cette marche nordique de 13km dont plus de la moitié sur le GR7.

Faut dire que la météo y a joué pour beaucoup, nous nous serions presque crus en été tellement les maillots étaient mouillés à l’arrivée ! Nous avions une couche de trop !!!

Bon… Il est vrai que la petite montée prévue sur ce circuit était peut-être un peu proche du départ. Mais elle a vite été oubliée grâce aux chemins blancs et plutôt plats que nous réservait la suite du parcours. 

Nous traversons Orbigny au Mont, village où il y aurait des Corbeaux !!! Bizarre, nous n’en avons pas beaucoup rencontrés !

Ensuite Orbigny au Val avec sa fontaine encore bien fleurie, endroit idéal pour la photo de groupe.

Cette balade se termine par des douceurs préparées par Véronique, un grand merci à elle pour le bien être que ça a procuré à tous !

Bienvenue à Murielle, Jean-Marc et Philippe

Semaine prochaine rendez-vous salle des fêtes de Marnay sur Marne

NB

PHOTOS NOËL

BRENNES

Température agréable (+11°C) avec soleil pour cette sortie de 6,5 km.

30 personnes se sont élancées sur ce circuit sans grande difficulté.

Mais à l’orée de la forêt nous avons été rattrapé par un garde forestier qui nous a interdit de prendre un chemin privé (sous peine d’amende) .

Ce qui nous a amenés à emprunter l’ancienne voie ferrée en pleine forêt : Ballast, traverses et ronces ont été le lot de notre parcours pendant 1,5 km. 


La semaine prochaine RDV à Chassigny.

JPB

Mais à l’arrivée le réconfort nous attendait au Moulin.

PHOTOS JEAN-PAUL ET PHILMAN

LE VALLON DE LA RESAIGNE – ST BROINGT LE BOIS

Notre parcours du jour ressemble à s’y méprendre à des montagnes russes. De belles montées, de belles descentes nous laissent malgré tout le loisir d’apprécier notre nature encore verdoyante. Tout juste si on remarque les forêts en train de virer irrémédiablement aux couleurs d’automne.

La température aussi a baissé et un vent frais nous accompagne. Il faudra bien s’y habituer ! Peu de place pour garer les voitures autour de l’église de St-Broingt le Bois. Surtout que 37 randonneurs s’activent subitement pour prendre le départ.

St-Broingt est bien connu localement pour sa maison familiale et rurale. C’était aussi le fief de Jean Robinet, célèbre écrivain paysan sous la plume de Jean Fermier.

Notre virée nous mène en direction de Maatz, village dans lequel a vécu Régis Clère, en son temps coureur cycliste.

La visite des villages continue avec la traversée de Grandchamp, point de départ d’une de nos récentes sorties. Puis, c’est au tour de Rivières-le-Bois.

Presque 15 kms au compteur, le plus long parcours du trimestre.

La semaine prochaine, rendez-vous devant l’église de Giey sur Aujon.

FW

PHOTOS NOËL et PASCAL

la tufière de Rolampont.

Adieu vive clarté d’un été déjà loin et bienvenue au soleil radieux de cet après-midi d »automne.

Nous sommes 20 marcheurs nordiques qui profitons des conditions météorologiques très favorables d’une saison merveilleuse. Les couleurs chatoyantes comme le rouge ou le doré des sous-bois commencent à s’affirmer. Nous goûtons en forêt à des bonheurs enivrants de senteurs…

Notre première étapes s’arrête près des vestiges du mausolée gallo-romain de Faverolles. édifié dans la première moitié du 1er siècle après J-C. Le site du mausolée constitue un témoignage exceptionnel du passé. L’ensemble du mobilier trouvé ici est réuni dans le musée aménagé à cet effet au centre du village de Faverolles.

Notre seconde étape se situe devant l’église Saint-Germain de ce même village. Il s’agit d’une ancienne chapelle des Templiers remaniée au XVIIIem siècle.

Au cours de notre traversée de Faverolles, nous remarquons l’architecture des maisons paysannes traditionnelles. Organisées par travées, elles présentent trois espaces attribués tour à tour à l’habitation des hommes, au logement des gros animaux et la grange servant au stockage du fourrage et des grains. Les façades s’ornent quelque fois d’éléments décoratifs que l’on découvre en étant attentif : pierres à dédicace indiquant la date de construction de la maison, cadran solaire, plante grimpante, poirier ou pied de vigne symbole de fécondité du foyer, niche avec un saint protecteur ou goulotte d’évacuation des eaux usées de l’évier.

 Evoquons à présent le nom de Faverolles. Ce nom est comme un nom de famille, une sorte d’héritage légué par les ancêtres; il est imprégné des souvenirs et des traditions transmis à travers les âges. « Faverolles », diminutif de Favière, semble indiquer que l’on trouvait autrefois sur ce territoire, de petites plantations de fèves.

En sortie du village, proche de nous, de vieux vergers plantés de pommiers et de quetschiers servent de lieu de pâture. Les sillons que l’on devine sur leur sol laissent supposer que ces parcelles étaient cultivées au siècle dernier. Ces sillons nommés «ados», réalisés par la charrue versante, étaient destinés à drainer l’eau de surface.

Avant de retrouver la forêt, les paysages ondulés s’étalent autour de nous jusqu’à la ligne d’horizon. La bise qui souffle sur les hauteurs du plateau vient caresser notre peau découverte.

Nous terminons notre périple à la tufière. L’eau qui sort du seuil de la roche calcaire est pure. La grande qualité de l’eau est liée à la couverture forestière située en amont. La source a un petit débit mais ne tarit jamais. C’est  là aussi un des principaux brevets de longue vie de la tufière dont le besoin d’eau pour vivre est fondamental.  Dans ce laboratoire naturel l’eau continue inlassablement de tout pétrifier sur son passage. Elle encroûte d’une pellicule blanchâtre le moindre fragment végétal, la plus petite marche qui lui sert de cascade.

Encore une belle marche nordique à la fois tonique et culturelle dans un beau patrimoine naturel et architectural ensoleillé.

A.P.

PHOTOS NOËL ET PASCAL

CHATOILLENOT

40 jambes ont affronté ce circuit de 7 km accompagné d’Elsa.

Circuit avec une bonne montée, mais en sous-bois, ce qui a fait tirer la langue à certains.

Température de +14° C avec un ciel ensoleillé.

En cours de route nous avons eu le droit à un petit pipi d’oiseau pour nous rafraichir.

Un renard en nous voyant a traversé une tranche à toutes jambes.

Bonne semaine à toutes et à tous.

JPB

RDV la semaine prochaine à BRENNES

PHOTOS PASCAL

LE CREUX DE LA CHAUDIERE – DOMMARIEN

Dites « 33 » ! Vous aurez le nombre de volontaires à une douche écossaise, ou plus exactement sud haut-marnaise, disons entre Dommarien et Chassigny.

Les prévisions météo connues étaient les suivantes : « le ciel se couvrira vers la mi-journée et le début d’après-midi, avec le passage d’une nouvelle perturbation. Les pluies seront relativement faibles et les températures proches des valeurs de saison. Vent de sud assez fort ».

Pour une fois, ces prédictions se sont hélas avérées bien proches de la réalité.

Sans ressembler au bourbier rencontré par les coureurs du dernier Paris-Roubaix, et sans comparer avec leurs nombreuses chutes, il faut bien reconnaître qu’il a été bien difficile par endroit de rester debout. Quelques glissades n’auront heureusement laissé comme trace que la perspective d’une soirée de nettoyage.

Quoi qu’il en soit, aucun participant n’a regretté son déplacement, même crotté. Il est sûr que cette sortie figurera en bonne place dans nos annales ! Et puis, autre bonne nouvelle du jour : les champignons sont de retour dans les prés. Alors, à vos paniers !!!

Bienvenue à 3 nouveaux : Philippe, Christiane et Patrice

Rendez-vous la semaine prochaine devant l’église de St-Broingt le Bois.

FW

NB