BRASSERIE VAUCLAIR

001

Le covoiturage en partance de divers horizons se dirige vers de Giey-sur-Aujon. Il remonte la paisible et verdoyante vallée de l’Aujon, en direction d’Arc-en-Barrois. A l’entrée d’un chemin sur la gauche, une flèche indique brasserie de Vauclair. C’est là que nous avons tous pris rendez-vous à 14h45. La grosse bâtisse à coté de notre lieu de stationnement était autrefois la grange du prieuré de Vauclair fondé en 1219. Les frères qui vivaient ici dépendaient de l’ordre du Val des Choues (nom dérivé de chouette) dont l’abbaye mère était située en forêt de Chatillon-sur-Seine. Entre 1999 et 2001 le bâtiment abandonné a été rénové en brasserie. A partir de cet endroit mythique commence notre randonnée. L’hiver qui touche à sa fin nous offre un après-midi lumineux et doux. La forêt profonde d’Arc-en-Barrois et la rivière vivante Aujon qui serpente entre des rives luxuriantes de saules et les prairies tranquilles sont nos fils conducteurs et autant d’écrins harmonieux venant embellir notre circuit. Après un itinéraire de 10 Km passant par Le Val Bruant, le Bois du Bon Dieu, la machine à vapeur et le hameau de Montrot nous regagnons Vauclair. Depuis le 21 juin 2001, date du premier brassage, la brasserie de Vauclair produit selon une vieille tradition haut-marnaise, différentes bières artisanales. De nos jours, trois brasseurs effectuent à tour de rôle toutes les opérations nécessaires à l’élaboration, le conditionnement et l’expédition sur toute la haute-Marne, des différentes bières produites. Un brasseur nous convie à découvrir de cuve en cuve les étapes de la fabrication de la Choue, bières de double fermentation, élevées sur lie de levures. La brasserie comporte cinq parties spécifiques: un lieu pour le stockage de matières premières, un espace pour les deux cuves pour le brassage de 630 litres chacune, l’emplacement des huit cuves de fermentation de 1600 litres chacune, le caveau, et enfin un hangar de produits finis. Les ingrédients nécessaires à l’élaboration de cette boisson exquise sont, l’eau pure en grande quantité (il faut 10 litres d’eau pour produire 1 litre de Choue, cette eau provient de la forêt d’arc toute proche), le malt d’orge (ou de blé, pour la choue blanche) torréfié différemment selon le type de Choue produite, le houblon d’Alsace pour donner l’amertume à raison de 1 gr par litre, les levures d’origine Belge, le sucre, et les différents épices sélectionnés pour chaque type de choue. La fabrication débute par le brassage du malt en du houblon dans deux cuves de 630 litres remplies d’eau chauffée à 50°. Des pompages successifs de l’eau chaude d’une cuve à l’autre sont nécessaires. La température est progressivement élevée pour attendre en fin de cycle 88°. L’opération de brassage dure 2 jours. L’étape suivante est la fermentation La Choue est une bière de garde. Elle est fermentée deux fois en cuve chaude à 20° avant d’être mise en garde sous cuve froide pendant trois semaines. Elle n’est ni filtrée, ni pasteurisée. La mise en bouteille a lieu deux fois par semaine, à raison de 1600 litres à chaque fois. Trois opérateurs produisent 1100 bouteilles par heure. L’embouteillage intervient après ajout de levure (pour lui donner son pétillant fin), La Choue fini ensuite sa fermentation pendant une semaine dans un local chauffé à 25°. Les soins attentifs nécessaires pour fabriquer la Choue durent un mois et demi. En 2014, 155 000 litres de Choue, (quantité maximum possible), ont été produites à Vauclair sur 48 semaines de production. Le reste du temps a été consacré à l’entretien du matériel. Les médailles décernées à la Choue aux concours agricoles ne se comptent plus depuis 2007. Après la visite, la soif nous taraude. La Choue ne demande qu’à être goûtée dans le caveau. Que souhaitez-vous ? La banche pour les plus raisonnables (4,7°)? Ou la blonde ? Ou encore la rousse qui sont un peu plus alcoolisées (6,5°) ? Ou alors la brune, la plus forte, elle titre 7,5° ? Encore mieux : la cuvée spéciale 2015 (7,5° également)? Le choix ne manque pas ! Prendre le temps de savourer une bonne Choue, pur cru artisanal haut-marnais, est un plaisir, tant le précieux breuvage est délicieux !!! Agrémenté de gâteaux concoctés par des marcheuses excellentes pâtissières, la dégustation est encore plus agréable pour les fins gourmets. Nous avons fait un beau voyage dans la vallée de l’Aujon et découvert sa diversité. D’abord à pied, nous avons respiré l’air pur en toute liberté et parcouru des beaux sites. Ensuite nous nous sommes laissés surprendre par les talents des brasseurs artisanaux locaux, et pour finir nous avons savouré les délices purement haut-marnais. Un véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher l’exceptionnel, mais à regarder ce qui nous entoure de plus près avec de nouveaux yeux !!!

Cet article a été publié dans RANDO. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s